Diagnostics : l’angiographie

Accueil / S’informer / Diagnostics : l’angiographie

Tous les cas de « malvision » doivent inciter à consulter rapidement un spécialiste : l’ophtalmologiste. Ce dernier, afin de confirmer et de préciser un diagnostic d’œdème, d’inflammation ou de lésion de la rétine que l’examen du « fond de l’œil » aura laissé suspecter, peut demander en examen : l’angiographie.

un diagnostic : l’angiographie

L’angiographie de la rétine permet d’évaluer l’état de la micro-circulation de cette dernière. Il se déroule de la façon suivante : une fois les pupilles dilatées au mydriaticum, on injecte dans le bras de la fluoresceine qui rend fluorescent et qui permet de suivre le flux sanguin. Ce liquide se propage dans les vaisseaux rétiniens au bout de dix secondes. Le trajet de la fluorescéine est suivi par appareil : angiographe, lui-même couplé à un objectif photographique. Des clichés sont pris toutes les secondes pour suivre la progression du flux dans les artérioles et les veines. Le dernier cliché visualise tout le réseau injecté et donne une image de l’état de la rétine. Il permet un diagnostic précis : inflammation, œdème, dégénérescence consécutive à l’âge, néovaisseaux rétiniens.

L’examen dure vingt minutes. Il est parfaitement indolore mais entraîne des inconvénients: il donne une couleur jaune à la peau et aux urines pendant quelques heures, le patient voit flou pendant deux ou trois heures. Il est donc prudent lorsque l’on doit subir une angiographie rétinienne de se faire accompagner par un proche.

D’autres diagnostics :

  • Le fond d’œil
  • L‘électro-oculogramme sensoriel (EOGs)
  • L’électrorétinogramme (ERG)
  • Les potentiels évoqués visuels (PEV)